Encore des nouvelles de Périgny

Un message de Stéphane :

J’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai mangé la 1ère fraise de la plantation que nous avons faite avec les Amapiens de Saint Mandé et Maryse de Saint Maurice. Ce sera bientôt à vous de venir les récolter. Je vous ferai signe quand la production sera vraiment démarrée.
J’ai planté de la rhubarbe le long de la serre.
Les limaces sont présentes en masse, elles mangent vos salades: voir photo. Elles se cachent sous la bâche bien humide. Elles ont l’air de moins attaquer les légumes si je ne mets pas de bâche :
Les poules vont mieux: après un démarrage un peu rapide (des œufs trop gros par rapport à leur corpulence) dû à priori un aliment trop riche, combiné à une intensité lumineuse trop importante. J’ai acheté de l’aliment moins riche qui stabilise la taille de l’œuf. J’ai l’impression que ça va mieux mais j’ai perdu pas mal de poules suite à ce problème. Pour couronner le tout, un renard s’est aussi introduit de jour dans l’enclos des poules pour se servir. Je l’ai vu s’enfuir avec la poule dans la gueule ! Ce n’est pas la première fois que cela se passe mais c’est la première fois que je le vois. Je vais installer une deuxième clôture électrique. On verra si cela suffit.

Des nouvelles de Périgny

Cette semaine au programme: plantation de la 2ème série de tomates, basilic, courges et courgettes. Semis des carottes de conservation et semaine prochaine des poireaux. Grosse semaine en perspective.

Des photos, on voit aussi les jeunes plants de melon (et oui, il y a des (petits) cotés positifs au réchauffement climatiques) :

Les AMAP : des légumes, mais pas que !

Message du reseau que nous retransmettons
Cher·e·s ami·e·s,

Nous vous l’avions annoncé il y a quelques semaines : nous lançons une étude et un stage sur les partenariats AMAP autres que les partenariats maraîchage ; comment les consolider au regard de notre Charte, comment les pérenniser, comment valoriser ces productions.

Afin de financer le lancement de ce chantier, nous avons répondu à un appel à projet intitulé « Mon projet pour la planète », sur le thème:

Les AMAP : des légumes, mais pas que !

Notre projet a fait l’objet d’une première sélection par le jury, et est désormais soumis aux votes du public. Nous comptons donc sur vous pour voter et faire voter autour de vous !! Les financements vont de 20 000€ à 100 000€, ce qui n’est pas rien !

Alors on compte sur vous : 315 AMAP * 50 adhérent·e·s en moyenne, ça fait déjà 15 750 votes potentiels, et si on ajoute à ça les conjoints et les enfants, n’en jetez plus, on gagne haut la main !!!
Voici le lien : https://www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr/projects/plan-climat/collect/depot-des-projets/proposals/les-amap-des-legumes-mais-pas-que

(La plateforme du Ministère demande une inscription … mais rassurez vous, c’est une inscription minimale de l’ordre de ce qu’on fait pour signer une pétition. Que cela ne vous décourage pas !!)

Mille mercis !

Catastrophologie

On est foutu ! En tout cas, c’est ce que suggère un article récent : https://www.theguardian.com/environment/2018/apr/26/were-doomed-mayer-hillman-on-the-climate-reality-no-one-else-will-dare-mention
Un des points évoqués est détaillé ici : http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/07/10/la-sixieme-extinction-de-masse-des-animaux-s-accelere-de-maniere-dramatique_5158718_1652692.html

Un peu moins radicales, les personnes qui s’engagent dans l’AMAP  partagent l’idée qu’il faut changer notre manière de vivre de manière rapide…

 

A propos de produits transformés

Depuis plus de 5 ans, les volontaires l’étude NutriNet-Santé, au travers de leurs réponses à de multiples  questionnaires, ont permis aux chercheurs de l’Équipe de Recherche en Épidémiologie Nutritionnelle (EREN) de développer un logo nutritionnel destiné à juger de la qualité nutritionnelle des aliments, à valider les éléments qui permettent de le calculer et à tester le format graphique le mieux compris et le plus utile pour orienter les choix alimentaires des consommateurs. Ainsi est né le logo 5 couleurs 5C ou Nutri-Score destiné à être mis en place sur la face avant des emballages des aliments avec un double objectif : 1) mieux informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des aliments et leur permettre de les comparer entre eux et 2) inciter les industriels à reformuler leurs produits.

Suite à l’aval donné le 25 octobre 2017 par la Commission Européenne, l’arrêté reconnaissant le Nutri-Score comme le seul modèle officiel d’étiquetage nutritionnel simplifié a été signé le 31 octobre 2017 par les 3 Ministres français concernés : Madame Agnès Buzyn (Ministre des Solidarités et de la Santé), Monsieur Stéphane Travert (Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation) et Monsieur  Benjamin Griveaux (Secrétaire d’Etat à l’Économie et aux Finances).

Au total, le choix du logo a été fait par le gouvernement et validé par l’Europe sur la base des études scientifiques (notamment les nombreux travaux issus de l’étude NutriNet-Santé) montrant l’intérêt et la supériorité du Nutri-Score par rapport aux autres formats graphiques. Cette démarche fondée sur les preuves a amené le bureau Europe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à se féliciter de cette initiative et à saluer le fait que « la France a très largement fondé sa décision sur les données probantes disponibles à ce sujet… ».

Le Nutri-Score devrait apparaître dans les semaines et mois à venir sur les emballages des aliments. Si plusieurs industriels se sont déjà engagés, d’autres n’acceptent toujours pas les résultats de la science et refusent d’adopter le Nutri-Score. Vingt-six sociétés savantes et associations de terrain (nutrition, santé publique, pédiatrie, cancer…), 3 associations de consommateurs et plus de 150 professionnels de santé ont lancé une pétition le 1er décembre sur le site change.org (http://chn.ge/2ipVBK2) « Oui au nutri-score, Non aux tentatives de brouillage de certains industriels », appelant les citoyens à la signer pour soutenir le Nutri-Score, demandant à tous les acteurs du secteur agro-alimentaire de s’engager à apposer dans les plus brefs délais le Nutri-Score sur les emballages de leurs aliments et condamnant avec force toutes les tentatives de brouillage ou parasitage de cette initiative par certains industriels.